Il y a Tai Chi et Tai Chi

Avant tout il faut savoir si « notre Tai Chi » est encore du Tai Chi !?

Pour les puristes, les vrais, il n’y a que CHEN WANTING (ou alors à la rigueur, YANG LU CHANG) qui pratiquait LE Tai Chi Chuan.

Déjà avec YANG CHENG FU le Tai Chi n’est plus que l’ombre de lui-même, il y a déjà tellement eu de simplifications et d’oublis. Alors, je ne vous parle pas du Tai Chi que j’enseigne, il n’en a plus que le nom!

Bon, ça c’est pour les puristes, pour les autres, il y a quand même Tai Chi et Tai Chi, car il faut bien le reconnaître la transmission orale peut donner des surprises, il suffit d’essayer de faire passer une phrase autour de la table par le bouche à oreille pour s’en rendre compte !
Mais de là à ce que toute la transmission se soit faite comme ça, il y a une marge. Nous sommes en présence d’un outil de développement personnel et évidemment chacun y met un peu du sien, c’est normal ; et même cela peut être intéressant et enrichissant pour la technique qui ne demande qu’à évoluer !

N’oubliez pas : « Tout change tout le temps »

Il en va de même pour le Tai Chi Chuan qui pour vivre doit changer et ce n’est pas nécessairement en mal.
Bien sûr, cela doit se faire dans le respect des principes fondateurs du Tai Chi Chuan et pour cela les anciens nous ont laissés des textes.
Ces textes demandent à être interprétés correctement, c’est-à-dire à la lumière de la pratique.

nenuphar

Ce n’est qu’au fil des années de pratique et de la rencontre avec l’Ours, que le contenu des textes anciens a prit du sens et que j’ai pu me dire : « oui, c’est ça qu’il voulait dire, maintenant je le sens dans mon mouvement! ».

Et maintenant, j’enseigne le mouvement de l’Ours et la Forme de L’Ours.

Alors cette Forme est-elle conforme?

Pour le savoir il vous faudra venir l’essayer!
Ceux qui pratiquent déjà le Tai Chi Chuan pourrons comparer, ceux qui débutent vont y goûter.
Il faut goûter le thé pour savoir quel goût il a et il en va de même pour le Tai Chi.